La cité médiévale de Villecroze abrite de nombreux trésors – ses arcades, ses fontaines, son campanile – mais surtout des joyaux naturels, et notamment ses grottes troglodytiques, formées sur la falaise de tuf à la fin de la dernière période glaciaire. Une cascade de 35 mètres rafraîchit le parc joliment arboré et savamment aménagé.

L’histoire de la grotte

Les grottes ont été formées il y a 700 000 ans à la fin de la dernière période glaciaire locale. Elles sont le résultat d’une lente calcification de végétaux et de mousses par une immense cascade, riche en calcaire, qui recouvrait l’ensemble de la falaise actuelle.

La roche ainsi formée, appelé du tuf, résulte donc de la fossilisation de ces végétaux. Des habitants de passage tout au long de l’histoire ont creusé d’autres parties pour faciliter leur installation.

Les grottes ainsi qu’une grande partie des champs autour du village appartenaient aux moines bénédictins de l’abbaye Saint-Victor de Marseille. Ils possédaient un prieuré installé à proximité de la chapelle Saint-Victor (attenante au cimetière actuel). Il se servaient des grottes, encore dans leur état naturel, pour s’y réfugier au cours des invasions sarrasines.

Ils échangèrent ensuite les grottes avec le seigneur de la vallée Nicolas d’Albertas. En 1566, celui-ci entreprit des travaux. Il fortifi le site et utilise sa position imprenable pour y installer des meurtrières, barreaux de protection des issues, salle de guet… Cependant, il n’y a jamais eu de siège et personne n’a jamais vécu en permanence dans les grottes.

A la fin du XVIème siècle, les moines mènent une action en justice contre le fils de Nicolas d’Albertas concernant un différend financier, et ils récupèrent la propriété des grottes.

En 1633, elles ont été cédées à la commune et en demeurent sa propriété. Elles ont été classées en 1924 au titre des Sites et Monuments Naturels à caractère artistique car elles allient deux critères : l’histoire et la géologie. Elles font partie des Sites naturels classés de France.

Visiter la grotte troglodytique de Villecroze

Il est possible de visiter les grottes à la belle saison car elles demeurent un gros point attractif de la commune de Villecroze qui leur doit son nom de « Ville creuse ». On y accède par un parc de plus de deux hectares, arboré et aménagé par un citoyen américain en 1930. La cascade qui est à l’origine de la création des grottes est toujours là. Aujourd’hui, elle est beaucoup plus petite.

On accède aux grottes par quelques volées de marches, car celles-ci se trouvent en hauteur. La première est celle que l’on appelle « la grande salle », les 6 autres sont plus petites. On y trouve une salle à manger avec l’emplacement d’une grande cheminée, qui communiquait avec une réserve de nourriture ainsi qu’une sorte de poulailler. Tout était organisé pour pouvoir vivre en autarcie pendant quelques mois. Notamment grâce à une réserve d’eau naturelle où des daphnies, sortes de crustacés microscopique assurent encore aujourd’hui une filtration naturelle qui rend cette eau potable. Vous passerez également dans « la tour de Guet », à l’arrière de la cascade – et vous pourrez admirer la vue à travers le rideau d’eau de la cascade.

Il s’y est formées de très belles stalactites en forme de colonnes ou de chou fleurs dans certaines salles.

Les grottes sont fermées l’hiver, réouverture prévue début avril 2021.

Vous pouvez réserver vos billets sur le site internet : https://www.grottes-villecroze.fr/

Villecroze : Village de caractère

Visitez le village de Villecroze qui conserve son atmosphère médiévale et son authenticité. Piétonnier, il perd le promeneur dans un dédale de ruelles reliées par des passages voûtés, des arcades et des placettes.

L’eau des ruisseaux situés en amont du village a été très tôt canalisée pour offrir aux habitants des points d’approvisionnement : sept fontaines rafraichissent ainsi le village, alimentées par un important réseau de canaux.

Le village est adossé aux premiers contreforts des Alpes, entouré d’un cirque de collines couvert de pins et de chênes verts qui abrite du mistral. Il est classé « Village de Caractère » et possède le label 1 fleur pour les villages fleuris.

Pour finir, faites un tour au parc arboré, créé en 1930 par un couple de citoyens d’origine américaine. Véritable écrin de verdure, il s’étend sur deux hectares et demi au pied des collines calcaires dans lesquelles ont été aménagées les grottes.

Cette oasis de fraîcheur est surplombée d’une succession de terrasses et restanques autrefois cultivées en jardin d’alimentation.

Le parc recèle de nombreuses essences de la région méditerranéenne : cèdre, chêne vert, cyprès cierge, figuier, laurier amande, magnolia, olivier, palmier, pin d’Alep, pin sylvestre, plaqueminier (kaki) et une riche végétation basse : glycine, laurier fleur, pergola de rosiers et de plantes sarmenteuses, pivoine de quatre-vingt ans, spirée… Vous y trouverez également de nombreuses topiaires.

L’entrée du parc est gratuite.